Par Julien Traverse pour le groupe Facebook Google Home France.

Vous le savez certainement mais la société Wonderlabs, à travers sa gamme Switchbot, a été la première à mettre sur le marché un thermomètre/hygromètre connecté consultable à la voix par Google Home (voir notre test). Mais avant cela, un accessoire tout aussi génial avait fait son apparition : l’interrupteur Robot Switchbot.

Le Switchbot : un interrupteur robotisé

Le principe est pour le moins original, l’interrupteur (switch) robotisé (bot) va vous permettre de déclencher grâce à son « doigt » mécanique tout ce qui s’apparente à un interrupteur / bouton physique. C’est aussi simple que cela. Il vous suffit de coller le boitier à proximité de l’interrupteur pour lui permettre de l’activer physiquement sur ordre. Le doigt mécanique sort du boitier, et appui sur l’interrupteur.

Le système est parfait pour les boutons qui remplissent les deux fonctions « allumage » et « extinction ». Par contre, cela devient plus compliqué pour les interrupteurs classiques qui basculent entre le On et le Off. C’est typiquement le cas des interrupteurs pour l’éclairage. Mais chez Wonderlabs, on a pensé à une astuce. Il est en effet fourni un fil avec un adhésif, à attacher au bot et à coller sur l’interrupteur. Ainsi il est possible au bot d’appuyer sur le bouton de manière classique pour l’allumage. Puis en remontant, le doigt va tirer sur le fil, tirant sur l’adhésif amenant la bascule avec lui pour l’extinction.

Ainsi deux fils pour interrupteurs à bascule sont fournis, en plus de deux adhésifs 3M pour coller le robot où bon vous semble.

Son utilisation

On ne va pas se mentir, le système de fil pour l’interrupteur à bascule s’apparente plus à du bricolage qu’autre chose. Le boitier sans être très imposant fera très certainement tache sur un mur. Incomparable avec la discrétion d’un interrupteur ou d’une ampoule connectée.

Selon moi, le but est tout autre : rendre connectés des appareils qui à l’origine ne le sont pas ou trop difficilement. Et dans ce cadre, le Switchbot se place comme un concurrent très sérieux aux prises connectées. Les prises sont idéales pour allumer un ventilateur, un chauffage d’appoint, un lampadaire, une lampe de chevet… Mais le Switchbot a un champ d’application encore plus large.

Certains équipements électriques supportent difficilement une mise sous tension aussi brutale. Je ne connais personne qui éteint sa télévision ou sa console en débranchant la prise de courant sans préavis. C’est le problème qui pourrait se poser avec l’utilisation de prises connectées.  Le Switchbot, au contraire, allume votre appareil de manière « naturelle », en appuyant sur le bouton. Dès lors, seul votre imagination (et une place suffisante pour coller le boitier) sera votre limite.

Personnellement j’ai un système audio plutôt archaïque relié à ma télévision. Avec un caisson de basse au niveau du sol et un interrupteur physique au dos. Il me fallait donc me mettre à genoux, et allumer l’appareil à l’aveugle, en tâtonnant. Dans ce cadre le Switchbot est la solution idéale. Une machine à café, une télécommande pour volet roulant ou pour portail, un purificateur d’air, une console de jeux… Il y a forcément quelque chose chez vous qui attend ce petit gadget.

Fonctionnement

La configuration est simplissime mais nécessite des notions d’anglais car l’application est dans la langue de Shakespeare. Une fois votre compte créé, l’appareil est reconnu instantanément, mais seulement si le bluetooth du téléphone est activé ! En effet, le Switchbot peut fonctionner avec votre téléphone directement, sans hub !

Disposer de votre Switchbot comme bon vous semble, à proximité immédiate de l’interrupteur. L’adhésif 3M au dos vous permet une installation solide, même si le boitier n’est pas complètement à plat. Et si vous changer d’avis, un second adhésif est fourni et vous permet de coller votre Switchbot autre part.

Une fois installé, il ne vous reste plus qu’à ouvrir l’application et appuyer sur l’icône de votre Switchbot pour le mettre en marche. 

Mais utiliser le robot Switchbot avec Google Home, est-ce possible ?

Sans hub ? Oui mais non, surtout pour Google Home

Evidemment, sur Google Home France, le Switchbot nous intéresse parce qu’il est compatible Google Assistant. Mais pour le commander à la voix, un investissement supplémentaire est nécessaire. C’est le Switchbot Hub Plus.

L’utilisation du Bluetooth sur le Google home est encore très limité (seulement pour envoyer et recevoir de l’audio). Il est donc nécessaire de pouvoir communiquer avec le Switchbot en WiFi. C’est le but de ce Hub, qui fait office de passerelle entre le robot Switchbot et le Google Home. Il vous suffit, dès l’installation du Hub, d’activer l’option « cloud service » et dès lors la commande vocale fonctionnera. De plus, il n’existera ainsi plus de restriction d’ordre géographique liée au Bluetooth pour faire fonctionner le Switchbot. Le réseau mobile suffira.

Le Hub est donc obligatoire pour un fonctionnement optimal. Surtout si vous envisagez d’acheter en plus des thermomètres/hygromètres. Tout en sachant que le Hub Plus est la seconde génération du Hub Switchbot. Celui-ci apportant en outre une fonction infra-rouge, qui permettra de remplacer certaines de vos télécommandes (à la manière d’un Broadlink RM).

Conclusion

Le système est ingénieux, simple à installer et de bonne facture. L’ensemble Switchbot + Hub peut paraître coûteux pour débuter (25€ pour le Switchbot et 45€ pour le Hub), surtout si vous vous contentez d’un seul appareil. Mais couplé à quelques thermomètres, et trouvant une utilité à la fonction infra-rouge du Hub, cela en devient presque indispensable. Le robot Switchbot avec Google Home, c’est une affaire qui roule.

Plus d’articles :