Test: Le Switchbot Hub Mini

Test: Le Switchbot Hub Mini

Par Wade Wilson pour le groupe Facebook Google Home France.

Voici le nouveau Hub de Switchbot, l’accessoire indispensable pour bénéficier de Google Assistant sur les appareils de la marque mais également pour contrôler ses appareils depuis l’extérieur.

Pour être clair, sans le hub , on perd les atouts majeurs des produits.

Switchbot a écouté sa communauté et ses utilisateurs et  revient avec un hub repensé et un nouveau prix.

Effectivement, le Hub Plus est vendu à 45 euros et malgré ses qualités, il faut bien avouer que c’était le principal frein d’achat.

La gamme Switchbot comprend donc désormais pour l’instant en France : le Bot , le Meter , le Hub Plus et le petit nouveau le Hub Mini ( vendu au prix de 35 euros )

Le Hub Mini: plus compact et nouveau design

Au revoir le design en forme de nuage et son système d’éclairage qui pouvait faire office de veilleuse.

Le nouveau modèle se veut plus simpliste et va à l’essentiel sûrement pour pouvoir baisser le coût de production et donc le prix de vente.

Désormais l’alimentation se fait en usb (à savoir que le bloc chargeur n’est pas fourni). Le système de fixation est également revu, plus de système aimanté mais le choix entre une fixation par bande 3M ou alors par crochet.

Installation et configuration

La procédure d’installation reste inchangée et toujours aussi simple.

Ouvrir l’application Switchbot ( bien penser à se mettre sur le réseau wifi domestique 2,4 ghz) et ajouter le périphérique.

La Fonction IR 

Le Hub a également une autre fonction, il ne sert pas juste de passerelle pour les objets de la marque afin de les rendre connectés et utilisables avec Google Assistant.

Le SwitchBot Hub Mini est également une télécommande infrarouge compacte universelle tout-en-un, une télécommande à apprentissage automatique contrôlée par la voix ou des applications pour tout appareil infrarouge.

Associez votre téléviseur ou tout autre appareil disposant d’une télécommande IR.

En installant un Hub Mini dans chaque pièce, vous pouvez contrôler des appareils électroménagers ou multimédia de n’importe où.  Grâce à la fonction Smart Learning, vous pouvez ajouter facilement et rapidement toutes les télécommandes présentes dans votre foyer.

Dirigez votre télécommande vers le hub mini et appuyez sur n’importe quel bouton pour lancer la reconnaissance de l’appareil .

Le Hub Mini prend en charge plus de 4 000 marques.  De plus, il peut apprendre et reproduire n’importe quel signal infrarouge en mode manuel. 

Il ne faut pas s’attendre non plus à des possibilités digne d’une Broadlink RM ou Mini.  Cela reste très basique, il n’y a pas la possibilité de créer des scènes ou des activités via l’application Switchbot.

De plus , Google Assistant ne pourra qu’allumer ou éteindre ces appareils, si on veut plus de possibilités , il faudra passer par IFTTT, notamment pour  changer des chaînes ou contrôler le volume ( pour une tv )

Voici un exemple , nous allons ajouter une télévision au Hub Mini, mais comme vous pourrez le voir sur les copies d’écran ci-dessous on peut configurer d’autres type d’appareils.

Intégration à Google Home et IFTTT

Une fois l’apprentissage des télécommandes terminé ,vous les retrouvez immédiatement dans l’application Google Home.
Bien évidemment il faudra au préalable associer le service Switchbot dans l’application Google Home.

Exemple de création de commande IFTTT : augmenter le volume de la télévision via Google Assistant

Exemple de création d’une télécommande personnelle via Switchbot Hub Mini et intégration Google Assistant

Conclusion

Si vous êtes intéressés par les produits de la gamme Switchbot, on vous conseille d’investir dans le Hub.

Le Meter et le Bot donne vraiment leurs pleines mesures grâce au Hub. Grâce à lui , les produits Switchbot sont compatibles Google Assistant.

Cette nouvelle version apporte une baisse de prix non négligeable , 10 euros de moins que le Hub Plus.

On vous conseille donc le Hub si vous comptez acheter les produits Switchbot, mais si c’est la seulement la fonction IR qui vous intéresse , il vaudra mieux vous orienter vers le Broadlink RM ou Mini.

Il faut plus voir la fonction IR du Hub Mini comme un atout et option supplémentaire.

Vous pouvez retrouver sur notre site le test des autres produits de la gamme.

Plus d’articles :

Les Bons Plans de Google Home France

Les Bons Plans de Google Home France

Par l’équipe Google Home France.

Profitez de la livraison en 1 jour ouvré en essayant gratuitement Amazon Prime pendant 30 jours.

Retrouvez tous les jours les meilleurs bons plans pour les produits Google Home, Google Nest et compatible Google Assistant!

Lampe Anti-moustiques WiFi Intelligente (coupon de 5%)

24€69 38€99

Lampe de Chevet Intelligente, LED, Meross

23€99 29€99

Pack Connecté Fnac Google Nest Hub + Kit de démarrage Philips Hue

199€99 299€

Google Nest Hub + pont Philips Hue + interrupteur Dimmer Switch + 2 ampoules Hue E27 (code promo : WELCOME19)

179€99 299€

 Batterie pour Google Home Mini Kiwi Design

23€99 29€99

 Lot de 4 Prises Connectées WiFi, Meross (Coupon 2€)

37€99 39€99

 Lot de 2 Prises Intelligentes Connectées 16A ZOOZEE

17€54 26€99

 Promotion sur la Gamme LSC chez Action du 13 au 19/11 : exemple Ampoule LED Multicolor

6€95 8€95

Certains liens peuvent être sponsorisés

Plus d’articles :

Test: Le robot interrupteur Switchbot

Test: Le robot interrupteur Switchbot

Par Julien Traverse pour le groupe Facebook Google Home France.

Vous le savez certainement mais la société Wonderlabs, à travers sa gamme Switchbot, a été la première à mettre sur le marché un thermomètre/hygromètre connecté consultable à la voix par Google Home (voir notre test). Mais avant cela, un accessoire tout aussi génial avait fait son apparition : l’interrupteur Robot Switchbot.

Le Switchbot : un interrupteur robotisé

Le principe est pour le moins original, l’interrupteur (switch) robotisé (bot) va vous permettre de déclencher grâce à son « doigt » mécanique tout ce qui s’apparente à un interrupteur / bouton physique. C’est aussi simple que cela. Il vous suffit de coller le boitier à proximité de l’interrupteur pour lui permettre de l’activer physiquement sur ordre. Le doigt mécanique sort du boitier, et appui sur l’interrupteur.

Le système est parfait pour les boutons qui remplissent les deux fonctions « allumage » et « extinction ». Par contre, cela devient plus compliqué pour les interrupteurs classiques qui basculent entre le On et le Off. C’est typiquement le cas des interrupteurs pour l’éclairage. Mais chez Wonderlabs, on a pensé à une astuce. Il est en effet fourni un fil avec un adhésif, à attacher au bot et à coller sur l’interrupteur. Ainsi il est possible au bot d’appuyer sur le bouton de manière classique pour l’allumage. Puis en remontant, le doigt va tirer sur le fil, tirant sur l’adhésif amenant la bascule avec lui pour l’extinction.

Ainsi deux fils pour interrupteurs à bascule sont fournis, en plus de deux adhésifs 3M pour coller le robot où bon vous semble.

Son utilisation

On ne va pas se mentir, le système de fil pour l’interrupteur à bascule s’apparente plus à du bricolage qu’autre chose. Le boitier sans être très imposant fera très certainement tache sur un mur. Incomparable avec la discrétion d’un interrupteur ou d’une ampoule connectée.

Selon moi, le but est tout autre : rendre connectés des appareils qui à l’origine ne le sont pas ou trop difficilement. Et dans ce cadre, le Switchbot se place comme un concurrent très sérieux aux prises connectées. Les prises sont idéales pour allumer un ventilateur, un chauffage d’appoint, un lampadaire, une lampe de chevet… Mais le Switchbot a un champ d’application encore plus large.

Certains équipements électriques supportent difficilement une mise sous tension aussi brutale. Je ne connais personne qui éteint sa télévision ou sa console en débranchant la prise de courant sans préavis. C’est le problème qui pourrait se poser avec l’utilisation de prises connectées.  Le Switchbot, au contraire, allume votre appareil de manière « naturelle », en appuyant sur le bouton. Dès lors, seul votre imagination (et une place suffisante pour coller le boitier) sera votre limite.

Personnellement j’ai un système audio plutôt archaïque relié à ma télévision. Avec un caisson de basse au niveau du sol et un interrupteur physique au dos. Il me fallait donc me mettre à genoux, et allumer l’appareil à l’aveugle, en tâtonnant. Dans ce cadre le Switchbot est la solution idéale. Une machine à café, une télécommande pour volet roulant ou pour portail, un purificateur d’air, une console de jeux… Il y a forcément quelque chose chez vous qui attend ce petit gadget.

Fonctionnement

La configuration est simplissime mais nécessite des notions d’anglais car l’application est dans la langue de Shakespeare. Une fois votre compte créé, l’appareil est reconnu instantanément, mais seulement si le bluetooth du téléphone est activé ! En effet, le Switchbot peut fonctionner avec votre téléphone directement, sans hub !

Disposer de votre Switchbot comme bon vous semble, à proximité immédiate de l’interrupteur. L’adhésif 3M au dos vous permet une installation solide, même si le boitier n’est pas complètement à plat. Et si vous changer d’avis, un second adhésif est fourni et vous permet de coller votre Switchbot autre part.

Une fois installé, il ne vous reste plus qu’à ouvrir l’application et appuyer sur l’icône de votre Switchbot pour le mettre en marche. 

Mais utiliser le robot Switchbot avec Google Home, est-ce possible ?

Sans hub ? Oui mais non, surtout pour Google Home

Evidemment, sur Google Home France, le Switchbot nous intéresse parce qu’il est compatible Google Assistant. Mais pour le commander à la voix, un investissement supplémentaire est nécessaire. C’est le Switchbot Hub Plus.

L’utilisation du Bluetooth sur le Google home est encore très limité (seulement pour envoyer et recevoir de l’audio). Il est donc nécessaire de pouvoir communiquer avec le Switchbot en WiFi. C’est le but de ce Hub, qui fait office de passerelle entre le robot Switchbot et le Google Home. Il vous suffit, dès l’installation du Hub, d’activer l’option « cloud service » et dès lors la commande vocale fonctionnera. De plus, il n’existera ainsi plus de restriction d’ordre géographique liée au Bluetooth pour faire fonctionner le Switchbot. Le réseau mobile suffira.

Le Hub est donc obligatoire pour un fonctionnement optimal. Surtout si vous envisagez d’acheter en plus des thermomètres/hygromètres. Tout en sachant que le Hub Plus est la seconde génération du Hub Switchbot. Celui-ci apportant en outre une fonction infra-rouge, qui permettra de remplacer certaines de vos télécommandes (à la manière d’un Broadlink RM).

Conclusion

Le système est ingénieux, simple à installer et de bonne facture. L’ensemble Switchbot + Hub peut paraître coûteux pour débuter (25€ pour le Switchbot et 45€ pour le Hub), surtout si vous vous contentez d’un seul appareil. Mais couplé à quelques thermomètres, et trouvant une utilité à la fonction infra-rouge du Hub, cela en devient presque indispensable. Le robot Switchbot avec Google Home, c’est une affaire qui roule.

Plus d’articles :

Le Google Home au service de vos enfants !

Le Google Home au service de vos enfants !

 Par Laurent MARIANI pour le Groupe Facebook Google Home France

Un Google Home pour la rentrée

C’est la rentrée ! Mais une rentrée pas comme les autres car vous êtes de plus en plus nombreux à glisser sur la table de nuit ou sur le bureau de vos enfants, un Google Home. Et oui, tellement pratique au quotidien pour toute la famille qu’il en devient finalement un compagnon très intéressant pour chaque membre du foyer. Car les utilisations sont souvent bien différente selon l’âge de l’utilisateur et l’emplacement de l’assistant vocal. Celui qui a les faveurs des petits espaces, c’est bien évidemment le Google Home mini. Son petit prix et ses caractéristiques identiques à tous les autres en font un assistant idéal.

Mais avant de vous donner des exemples très ludiques, je vais d’abord répondre à la question que vous vous posez depuis le début de cet article. Un assistant vocal est certainement très pratique, mais comment gérer son utilisations et filtrer les contenus adaptés à vos enfants ? Car, bien évidemment, vous ne pouvez pas tout surveiller ! Je vous conseille donc de lire l’article très interessant de Julien concernant “Les Outils de déconnexion “. Vous aborderez la suite de cet article avec plus de sérénité !!

Alors, un assistant pour quoi faire ?

Nous avons posé la question à notre communauté et voici la synthèse des nombreux témoignages.
Vos enfants l’ont adopté bien évidemment pour écouter avant tout leur musique !! Un compte Family sur Spotify et chaque membre de la famille retrouvera sa musique personnalisé ! On écoute sa playlist favorite, on change les titres à la voix et plus de conflit pour partager la seule enceinte bluetooth de la famille !!
Un autre réflexe indispensable au quotidien est la consultation de la météo le matin en se réveillant. Petite vérification indispensable avant de fouiller dans son armoire. Et si vous avez eu la bonne idée d’y ajouter un rendez-vous ou un rappel, votre enfant n’oubliera plus le jour J son Jogging pour la séance de sport à l’école.
D’ailleurs, le mode alarme est tellement efficace que tout le monde l’a adopté au réveil. Une, deux, ou trois à intervalle de 5 minutes, avec la musique de son choix ou une phrase en particulier, c’est l’outil indispensable pour le matin.

Bien évidemment, suivant l’age de votre enfant, les attentes sont biens différentes et le Google Home s’adapte.
Pour les plus petits, vous préférez lancer des comptines avant le coucher ou demander au Google Home d’imiter les bruits de tous les animaux !
Quand vos enfants sont plus grands, ils vous étonnent en vous imitant et lancent l’allumage de la télé sans la télécommande. Ça parait si naturelle de demander son dessin animé favoris sur Netflix ou Youtube que vous en êtes souvent bluffés.

Et pour les devoirs !

Et une part très importantes est aussi réservé aux fonctions essentiels pour l’aide au devoirs. On apprend ces tables de multiplications sans rechigner, on trouve des réponses pour l’histoire ou la géographie. Vos enfants lui demandent régulièrement des définitions de mots, des traductions et pour les plus grands, ils peuvent même tester leur prononciation d’une langue étrangère grâce au mode Interprète ! Très, très efficace.
Rien ne parait impossible et chacun y trouvera son intérêt. Car, même en mode fun, le Google Home sait faire rire vos enfants. Des jeux, des blind tests musicaux et les si incroyables blagues du Google Home sont toujours disponibles pour agrémenter un moment de détente en famille.

Et finalement les petites actions du quotidien prennent une nouvel aspect.

On utilise le mégaphone pour demander à tous le monde de passer à table, ça évite d’être obligé de crier à travers la maison. On lance une minuterie pour le lavage des dents et c’est plus fun d’attendre la sonnette ! On programme une alarme 10 minutes avant le passage du bus, et vos enfants ne courent plus tous les matins !
Et ça peut même rassurer. En effet, une maman nous a confié que son enfant n’avait plus peur du noir et ne faisait plus pipi au lit. En effet, c’est parfois compliqué de trouver l’interrupteur coincé entre le lit et le mur et c’est surtout rassurant, sans sortir de son lit, la chambre plongée dans le noir, de pouvoir compter sur une aide précieuse pour allumer la lumière de sa chambre !
C’est d’ailleurs un aspect fort apprécié en général. Les enfants savent parfaitement utiliser les Google Home pour allumer, éteindre, modifier la couleur ou la puissance de leur ampoules connectées et elles servent souvent de veilleuse avec une couleur différente chaque soir !
Vous l’aurez compris, nos enfants 2.0 n’ont pas eu besoin d’adopter le Google Home. Il fait parti tout simplement de leur quotidien et rien ne parait très incroyable à part les blagues assez pathétiques de notre assistant.
Pourquoi en serait-il autrement puisque vous l’avez largement adopté aussi !? Je vous conseille justement de solliciter cet incroyable outils en compagnie de votre enfant pour que finalement, vous puissiez l’accompagner, l’apprécier et rire ensemble de ces réponses.
Demain, le Google Home mini sera certainement remplacé par les petits ecrans connectés comme le Nest Hub ou Nest Hub Max de la même famille. Ils rajouteront de l’image pour une expérience plus aboutie. Mais, encore une fois, tous les outils de contrôle parental sont déjà disponibles pour faire de ces nouvelles interactions, un moment de loisir et de partage ludique et encadré.

Plus d’articles :

Une nouvelle voix pour le Google Home

Une nouvelle voix pour le Google Home

Par Julien Traverse pour le groupe Facebook Google Home France.

Une nouvelle voix masculine

Elle est enfin disponible la voix masculine du Google Home !

Aussitôt annoncée, aussitôt déployée. Le 18 septembre, Google a publié sur son blog une information selon laquelle 9 langues verront le déploiement d’une nouvelle voix pour Google Assistant, dont le Français. Et très rapidement dans la journée, les premiers utilisateurs ont reçus la mise à jour et ont eu le loisir de découvrir la voix masculine tant attendue.

Les 9 langues concernées sont : Allemand, Français, Néerlandais, Norvégien, Italien, Coréen, Japonais, Anglais (UK) et Anglais (Inde).

Une bouffée d’air frais pour les utilisateurs friand de changement, même si la différence avec les USA restent encore immense, eux qui peuvent profiter de 11 voix.

Comment sélectionner la nouvelle voix ?

Rendez-vous dans l’application Home, suivez la guide et choisissez la voix Orange.

Les premières réactions :

Les premiers membres du groupe Facebook Google Home France à avoir testés la voix nous donnent leurs avis :

Jeremy trouve la voix « beaucoup plus naturelle sur certains mots ou phrases »

Xavier la trouve « un peu métallique », confirmé par Joe, même si sur les Nest Hub « elle est un peu plus naturelle » que sur portable.

Pour Mathieu, « ça change du quotidien » mais le retour à la voix féminine semble en vue. De même pour Julien qui l’a testé 5 minutes avant de faire machine arrière car « rien de mieux que la voix d’origine ».

Pour d’autre, la voix est « apaisante par rapport à l’autre… mais pas très naturelle ».

Plus d’articles :